• Pourquoi ce livre ? Et bien j'ai été attirée par l'opération "Mois du cuivre", chez Bragelonne, qui a réédité trois livres steampunk, avec de magnifiques couvertures et les tranches de pages dorées. Il s'agit d'éditions limitées. Parmi les trois, il fallait bien en choisir un (à plus de 20€ chacun, je ne pouvais pas tous les acheter sur le coup). Mon choix s'est donc porté sur Confessisons d'un automate mangeur d'opium : rien qu'avec le titre (et la couverture), j'avais envi d'en savoir plus.

    confessions d'un automate mangeur d'opium

    Le résumé :

    En 1889, à Paris, lors de l'Exposition universelle, les hommes côtoient les automates, se déplacent en aéorocab et autres sortes de montgolfières. Toute cette technologie marche à l'ether, une substance qui a ses partisans mais aussi ses détracteurs. Margo est une jeune comedienne, qui est en ce moment très appréciée pour son rôle de Juliette, de la pièce de Shakespeare. Lorsque sa meilleure amie meure, dans des circonstances qui font penser à un suicide, elle décide tout de suite de mener sa propre enquête, car elle est persuadée qu'elle n'était pas dépressive. Lors de ses investigations, elle est secondée par son frère, Théo, un aliéniste qui mène ses recherches controversées sur les personnes souffrant d'une trop importante exposition à l'ether, dans son "Panoptique".

    Au cours de leur recherche de la vérité, ils seront amenés à fouiller dans un dossier classé "top secret" par l'Etat, ce qui les met en danger...

     

    Mon avis :

    J'ai beaucoup apprécié cette lecture : son histoire, sa fraicheur, le style d'écriture (le livre a été écrit à quatre mains ; les chapitres, en alternance, correspondent au point de vue d'un des deux personnages principaux, Margo et Théo : F. Colin est la voix de Margo et M. Gaborit est celle de Théo)  et les nombreuses références qui y ont été insérées. En effet, on y croise quelques personnages historiques, Margo a été l'amante de Sara Bernhardt (ni plus ni moins), la reine Victoria pronnonce son fameux "we are not amused"

    Bien que je ne sois pas familière avec cet univers, je me suis tout de suite imaginée dans ce Paris steampunk, bien que j'aurais bien aimé avoir un tout petit peu plus de description.

     

    Cette lecture n'est toutefois pas un coup de coeur. Elle aurait pu l'être si la fin avait été un peu plus développée. Elle est beaucoup trop nette à mon goût. Je me pose encore plein de questions, notamment sur ce que sont devenus certains personnages, sur le réel lien de parenté entre Margo et Théo (ils sont frère et soeur, mais ne portent pas le même nom de famille), sur les amis comédiens de Margo (ne sont-ils pas inquiets de ne plus la voir venir aux représentations de Roméo et Juliette, elle qui tient le rôle principal ?)... Quelques points également me paraissent étranges : en principe, dans un roman d'aventure, tous les éléments qui sont développés servent l'intrigue. Ici, on se demande bien à quoi sert l'ex-compagne de Margo, Béatrix, qui est partie vivre aux Etats-Unis à la suite de son mariage (d'autant plus qu'elle n'apparaît même pas dans l'histoire ; Margo pense seulement à elle : je pensais qu'on finirai par la voir !) ; à quoi sert aussi la gentille voisine de Margo ? Je m'attendais à ce qu'elle retourne tout d'un coup sa veste, mais non, elle fait quasiment parti du décor, etc.

     

    J'ai tout de même passé un bon moment, et j'ai très envie de poursuivre dans le genre du steampunk ; j'apprécie beaucoup cet univers.

     

    Cette lecture participe au challenge victorien d'Aymeline.

     

    Il participe également au challenge que j'ai créé, consacré au XIXe siècle en France.

     

     


    2 commentaires
  • Une nouvelle recette aujourd'hui, trouvée dans un petit livre consacré à la courgette (et que j'ai un peu changée).

    Tarte à la courgette, à la pomme et au cabécou

    Ingrédients : (pour 2 personnes)

    -1 grosse courgette

    -2 pommes (Granny Smith)

    -2 cabécou

    -1 pâte feuilletée

    -huile d'olive

    -sel, poivre

     

    Recette :

    Peler la courgette, la couper en fines tranches, et les mettre dans une eau bouillante pendant 3 minutes. Égouter et réserver.

    Préchauffer le four à 200°C.

    Peler les pommes, enlever le coeur. Les couper en fines tranches.

    Étaler la pâte feuilletée dans un moule à tarte. Y disposer alternativement les tranches de courgettes et de pommes.

    Couper le cabécou en morceaux ou essayer de faire de fines tranches. Les disposer au-dessus de la tarte.

    Arroser d'huile d'olive. Saler. Poivré.

    Mettre au four pour 20 minutes.

    Tarte à la courgette, à la pomme et au cabécou

    J'ai trouvé cette recette très bonne, mais quelques points à améliorer : une fois la part de tarte dans mon assiette, j'y ai ajouté du poivre et quelques graines de cumin. C'était encore meilleur :-) La prochaine fois, je rajouterai aussi un troisième cabécou, et peut-être un tout petit peu de sucre (mon cher et tendre n'est pas de cet avis), pour que la pomme ait plus de goût (ou trouver une variété plus sucrée).

    Bon appétit !

     


    votre commentaire
  • Aujourd'hui,  Alice (vous la connaissez peut-être déjà, grâce à ses deux blogs : l'un consacré à Jane Austen, et l'autre à ses autres lectures) ouvre enfin sa boutique en ligne, Le Souci du détail, "sélection raffinée d'objets qui rendent la vie plus belle..." !

     

     

    Vous y retrouverez quatre sections : "ma jolie maison", "mes jolis enfants", "mes jolies fêtes" et "mes jolis détails". Le design du site reflète bien ce qu'Alice a voulu réaliser : un endroit tout doux, très accueillant !

    Voici quelques détails qu'elle nous propose :

     

    De très jolis stickers (je crois que je vais craquer !)

    Un dessous de plat en forme de bouton (là aussi, je suis bien tentée !)

    Mais aussi des produits pour le corps (et bien d'autres choses !)

     

     

    Une page facebook est dédiée à la boutique, ici, ainsi qu'un blog, .

     

    Je ne connais Alice que par blog/facebook interposés, mais je suis persuadée qu'elle vous accueillera sur son site avec un grand sourire !


    1 commentaire
  • Ayant des colorants alimentaires qui se périment cette année (achetés pour colorer des macarons il y a quelques temps si je me souviens bien), j'ai voulu tenter la coloration d'un simple gâteau au yaourt. Je ne suis pas particulièrement attirée par les fameux "rainbow cakes" que les américains adorent, mais me voici lancée dans la réalisation du gâteau coloré (les couleurs que j'ai faites sont tout de même loin d'être celles flashy des rainbow cakes, qui ne me donnent pas vraiment envie...).

     

    Ingrédients :

    -1 pot de yaourt

    -1 pot d'huile (on réutilise le même pot de yaourt, qui sert de doseur pour toute la recette)

    -1 pot 1/2 de sucre

    -3 pots de farine

    -1 sachet de levure chimique

    -2 oeufs

    -de la fleur d'oranger ou de l'arôme de vanille (ou rien du tout)

    -des colorants alimentaires (jaune, bleu, rouge)

     

    Recette :

    Préchauffer le four à 170°C.

    Mélanger dans un saladier le yaourt et l'huile.

    Ajouter le sucre. Mélanger.

    Ajouter la farine et la levure. Mélanger.

    Ajouter les oeufs et bien mélanger avec un fouet.

    Ajouter le parfum de votre choix (trois bouchons de fleur d'oranger pour ma part).

    Séparer la pâte dans plusieurs récipients (en l'occurrence ici, trois).

    Ajouter des gouttes de colorants dans chacune des pâtes séparées, et bien mélanger (à l'arrière du carton d'emballage des trois petits colorants, le nombre de gouttes à mettre pour obtenir telle ou telle couleur était indiqué).

    Oui, ça ne donne pas très envie...

    Beurer et fariner un moule.

    Verser la moitié d'une des pâtes colorées dans le moule, puis la moitié d'une autre au centre de celle qui vient d'être versée, etc.

    Enfourner pour 30 minutes.

     

    Le goût est bien celui d'un gâteau au yaourt, mais l'aspect n'est pas des plus appétissant selon moi...

     

    Et vous, êtes-vous adepte de la coloration alimentaire ?

     

     


    1 commentaire
  • Hier soir j'ai voulu essayer en cuisine quelque chose qui changeait de l'ordinaire (le rendu, la veille, de mon mémoire, était une bonne raison ^_^). La recette de base est tirée de Brunchs et petits dîners pour toi & moi (Marabout) ; je l'ai un peu modifiée.

    Truite au curry

     

    Ingrédients : (pour 2 personnes)

    -4 ou 5 petits oignons grelots

    -1 gousse d'ail

    -du curry en poudre (j'ai ai mis l'équivalent de 2 ou 3 cuillères à soupe : j'aime quand c'est épicé) (dans la recette originale, c'est du tandori)

    -de la cannelle en poudre (1 ou 2 cuillères à soupe)

    -200 g de tomates cerises

    -4 cuillères à soupe de crème fraise épaisse

    -le zeste de 1/2 citron vert + le jus du demi citron

    -150/200 g de truite, sans la peau, et coupée en morceaux (dans la recette originale, c'est du saumon, mais il n'y avait que de la truite)

    -1 cuillère à soupe de menthe (je n'avais que de la sèche, mais avec de la fraiche, ça doit être meilleur)

     

    Recettes :

    -Préchauffer le four à 200°C.

    -Faire revenir l'oignon et l'ail hachés dans un peu de beurre et d'huile d'olive, pendant 3 minutes.

    -Ajouter le curry et la cannelle. Mélanger

    -Ajouter les tomates cerises coupées en deux, la crème fraiche, le zeste et le jus de citron. Mélanger et laisser cuire à feu doux pendant 4 minutes.

    Truite au curry

    -Mettre le poisson coupé en morceaux (sans la peau et les arêtes si possible) dans un plat allant au four. Recouvrir de la sauce avec les tomates cerises. Couvrir le plat avec du papier alu.

    -Enfourner pendant 20 minutes.

    -Pendant ce temps, faites cuire du riz.

    -Lorsque le saumon est cuit, parsemer de menthe, saler et poivrer.

    Truite au curry

    -Bon appétit


    votre commentaire
  • Les chemins de bohème

    Dans le cadre de la Masse Critique de Babelio, dans laquelle, périodiquement, on nous propose de choisir un ou plusieurs livres parmi une liste assez longue, j'ai été tirée au sort pour recevoir celui que j'avais choisi, Les Chemins de Bohème, de Pascal Brissy et dessiné par Barbara Brun. Il s'agit d'un livre pour enfants.

     

    Le résumé :

    Dans le Paris de la Belle Époque, en 1899, trois jeunes vendeurs de journaux écument les rues de la capitale. La concurrence est rude avec les autres vendeurs, et ce matin-là, l'un d'eux leur a fait un coup bas...

     

    Mon avis :

    L'histoire est certes courte, mais rappelons que c'est un livre pour enfants. Oui mais pas que. Je me place à la place du parent qui lit ce livre le soir à son fils ou sa fille. Si l'enfant voit les images et entend l'histoire, le parent lui, repère tous les clins d'oeil, et ils sont nombreux. Déjà dans la police même du texte, qui parfois est en majuscule, et qui change même par moment. Par exemple, lorsque le nom de Toulouse Lautrec apparait, il est écrit comme s'il s'agissait d'une signature. Ensuite bien sûr, toutes les rues, les quartiers de Paris. Les trois enfants font parti du Nouveau Cirque, qui a vraiment existé et qui se trouvait rue Saint-Honoré. Dans les images également : la Une des journaux vendu ce jour, est "Dreyfus a été gracié". Les dessins sont plein d'humour ; j'ai particulièrement aimé le nom d'un barbier "À la belle rouflaquette" . À la toute fin, on rencontre les deux clowns Footit et Chocolat, qui ont eu beaucoup de succès, et leurs pitreries ont été immortalisées grâce aux frères Lumière (vous pouvez voir la vidéo ICI), qui, dans le livre, viennent pour "enfermer les clowns dans une lanterne magique".

     

    image

     

    Le style d'écriture est très poétique et fluide, et l'on retrouve cela dans les dessins, qui sont très "doux". C'est un livre vraiment très riche.

    Je n'ai pas l'habitude (voire pas du tout), de lire des livres pour enfants, mais j'ai vraiment l'impression que celui-ci a été conçu à la fois pour le parent et l'enfant, et c'est très agréable. Je ne regrette pas d'avoir choisi ce livre .

     

    texte

     

    Cette lecture participae au challenge "XIXe siècle en France".


    2 commentaires
  • logo LC 1

    Dans le cadre du challenge "XIXe siècle en France" (et pour le faire vivre un peu plus), je vous propose une Lecture Commune.  Après concertation avec Shelbylee et Malou, nous avons porté notre choix sur Le Fantôme de l'Opéra, de Gaston Leroux.

    La date de publication de notre avis dans un petit billet est portée au 17 juillet, si celà convient à tous. Pour que tout le monde puisse le lire, n'oubliez pas de poster le lien sur cet article et/ou sur la page facebook du challenge, juste ICI :-)

     

    La LC est ouverte aux inscrites du challenge, mais également à tous ceux qui voudrait partager cette lecture avec nous. Faites-moi savoir votre envie de partciper ;-) (vous pouvez également faire d'une pierre deux coups, et vous inscrire au challenge, LA).


    1 commentaire